Origine légendaire du Taichi Chuan

Le mont Wudang est situé dans la province du Hubei (nord-ouest). Il acquit sa célébrité surtout à partir de la dynastie des Song, lorsqu'un culte à la divinité taoïste Zhenwu ou encore Xuandi, divinité de la guerre liée au nord1, s'y développa. Dès les Han cette divinité, l'« Empereur noir » (Xuandi) ou le « guerrier véritable » (Zhenwu), a été associée au boisseau du nord et à l'étoile polaire, localisation cosmographique du Taiji. L'école taoïste du mont Wudang a développé toute une série de rituels militaires destinés à combattre les démons et les influences maléfiques lors de cérémonies de combat à main nue ou avec des armes. Par ailleurs ces rituels d'exorcisme sont très souvent liés au Taiji.

temple-pourpre-wudangshanAu mont Wudang est étroitement associée la personnalité du taoïste Zhang Sanfeng2, qui aurait vécu sous les Song du Sud (1127-1279) ou plus tard. C'est cet éminent personnage, que l'on présente généralement comme le créateur du Taiji quan. En effet, si l'on interroge les maîtres sur l'origine de cet art, ils content pour la plupart l'histoire suivante : un jour que l'ermite Zhang Sanfeng était à la fenêtre de sa hutte sur le mont Wudang, son attention fut attirée par le cri étrange d'un oiseau. Se penchant, il vit une pie3 effrayée descendre d'un arbre au pied duquel se trouvait un serpent. Un duel s'ensuivit, et la pie fut vaincue par le serpent, ce dernier combattant en souplesse et avec des déplacements curvilignes. Zhang Sanfeng comprit alors la suprématie de la souplesse sur la rigidité, l'importance de l'alternance du Yin et du Yang, et d'autres conceptions formant la base du Taiji quan ; c'est à la suite de cet incident qu'il élabora le Taiji quan, application des principes du Taiji4. Cette histoire rappelle étrangement celle de l'invention du pas de Yu, relatée dans nombre de textes taoïstes5: ce célèbre démiurge, qui a dompté les eaux, organisé le monde et l'a divisé en neuf sections grâce à sa danse, à son pas sautillant, aurait inventé ce pas après avoir vu un oiseau tourner autour des arbres et des pierres pour attraper des serpents : le thème est ici l'inverse de celui de la légende de Zhang Sanfeng.

zhang-san-fengSelon une autre légende, Zhang Sanfeng aurait reçu cette technique en rêve. On peut lire en effet dans le Ningbo fuzhi6 : « Songxi aidait les gens et excellait dans le combat à main nue, il avait pour maître Sun le treizième vénérable, qui disait détenir sa méthode de Zhang Sanfeng de la dynastie des Song... Une nuit, Zhang Sanfeng reçut en rêve de l'Empereur Noir (Xuandi) une méthode de combat à main nue ; le lendemain au réveil, il put à lui seul tuer plus d'une centaine de bandits. »

Il est intéressant de noter les conceptions des Chinois sur la création d'une chose ou d'une technique. Il ne s'agit pas d'inventer quelque chose de nouveau, mais la plupart du temps de retrouver un modèle mythique ancien, qui peut être situé à des temps reculés, une sorte d'âge d'or, par exemple au temps des empereurs Huangdi et Shennong, ou comme ici au temps de Yu le Grand. Ce modèle peut être situé dans un domaine nouménal, et être révélé aux personnes qui en sont dignes soit par une divinité, soit par des immortels taoïstes que l'on rencontre un jour et qui disparaissent aussitôt. Le plus souvent, il s'agit donc d'une redécouverte, voire d'une révélation, qui se fait en plein jour ou par l'intermédiaire du rêve.

Il en résulte que l'atteinte à une connaissance comporte des années de pratique, mais le passage à la maîtrise totale de l'art a un caractère subit, et est souvent suscité par un événement extérieur en apparence insignifiant.

D'après la « Biographie de Zhang Sanfeng » insérée dans l'Histoire officielle des Ming (Mingshi), ce personnage aurait vécu du XIIe siècle au XIV-XVe siècle, soit plus de 200 ans. « Il était grand, d'imposante apparence, il portait les signes classiques de longévité, c'est-à-dire ceux de la tortue et de la grue. Il avait de grandes oreilles et des yeux ronds. Sa barbe se hérissait furieusement comme la lame d'une hallebarde. Été comme hiver, il portait un simple vêtement. » Il était très versé dans l'alchimie intérieure, et plusieurs ouvrages apocryphes sur cette dernière discipline, datant de la fin du siècle, lui sont attribués7.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le choix de Zhang Sanfeng comme créateur du Taiji quan. Le premier est celui que nous avons exposé ci-dessus, à savoir l'habitude chinoise d'attribuer à un personnage éminent, dont la biographie est écrite sur le modèle type des sages taoïstes mais aussi des sages de l'antiquité, une invention. Le deuxième facteur est le lien intime entre Zhang Sanfeng et le mont Wudang, lieu de pèlerinage consacré à Zhenwu le « Guerrier véritable » et centre de développement des rituels militaires. Enfin, l'on a probablement voulu opposer un saint taoïste à l'éminent moine bouddhiste Bodhidharma à qui est attribuée la création des techniques de combat Shaolin. Certains des maîtres de Taiji quan que nous avons rencontrés dénient même la paternité du Taiji quan à Zhang Sanfeng, considérant qu'il a seulement modifié le Shaolin quan8. Selon cette hypothèse, alors que Zhang Sanfeng se rendait dans le Sichuan, il se serait arrêté en chemin au temple Shaolin de la province du Henan pour y apprendre les techniques de combat et n'aurait étudié le taoïsme qu'ultérieurement, par l'intermédiaire des arts martiaux. S'étant rendu compte que les moines de Shaolin faisaient un emploi excessif de la force musculaire, entraînant ainsi une déperdition d'énergie originelle, il aurait cherché un moyen de pallier cet inconvénient et aurait ainsi créé le Taiji quan (dont les principes, comme nous le verrons, sont orientés vers une conservation de l'énergie. Les défenseurs de cette théorie se fondent sur la similitude de quelques mouvements du Taiji quan et du Shaolin quan. Mais l'on peut penser aussi que ces deux techniques ont fait des emprunts au fonds commun des techniques de combat millénaires en Chine.

Source: Taiji Quan art martial, technique de longue vie de Catherine Despeux (Editions: Guy Trédaniel)

Notes:
1. Zhenwu, le « Guerrier véritable », est le protecteur armé du monde, qui siège dans l'étoile polaire. Plusieurs textes du Canon taoïste le concernent, dont les n° 27 (27), 556 (775), 530-531 (754), 567 (816), 608 (960), 879 (1213), etc.
2. Sur Zhang Sanfeng, voir « A taoist immortal of the Ming dynasty, Chang San-fung » d'Anna Seidel dans Self and socieiy in Ming thought. Les biographies de ce personnage abondent.
3. Selon d'autres versions, c'est un moineau.
4. Cette légende est rapportée notamment dans Taiji quan shiyi de Dong Yingjie, p. 7.
5. Sur le pas de Yu, voir de M. Kaltenmark « Les danses sacrées en Chine » dans les Danses sacrées, p. 444. Une des descriptions les meilleures et les plus détaillées de ce pas se trouve dans le Baopuzi neipian, juan 11 (IVe siècle). Il est le pas de base de tous les rituels taoïstes, encore à l'heure actuelle. Mais il avait aussi une fonction exorciste et thérapeutique. Ainsi, parmi les documents médicaux excavés de la tombe N° 3 de Mawangdui et qui dateraient du IVe siècle av. J.-C., l'un d'eux auquel fut donné le titre de 52 recettes thérapeutiques comporte à plusieurs reprises l'usage du pas de Yu pour guérir le malade, lequel pas est effectué dans des directions différentes selon la nature de la maladie.
6. Tiré de la « Biographie de Zhang Songxi » dans Ningho fuzhi vol. 4, p. 2 289.
7. Zhang Sanfeng dadao zhivao et Zhang Sanfeng laiji liandan mijue.
8. Thèse rapportée dans Zhang Sanfeng he Fade Taiji quan de Li Ying-ang.

Yang Chengfu (1883-1936)

Yang Chengfu, petit-fils de Yang Luchan était un maître de tai-chi-chuan très célèbre. Il fût l'un des premiers à populariser cet art martial.

Bienfaits du Taichi Chuan

  • Amélioration de l'équilibre et de la pression artérielle chez les femmes d'âge mûr +

    De nombreuses études ont démontré que la pratique du Tai Chi améliore l’équilibre chez les personnes âgées, ce qui peut Lire la suite
  • Les effets du Tai Chi sur la densité minérale osseuse chez les femmes ménopausées +

    Pour les femmes ménopausées aux Etats-Unis, l'ostéopénie1 et l'ostéoporose2 sont devenus une préoccupation sérieuse qui ne cesse de s'amplifier. Ce Lire la suite
  • Essai pilote sur les effets du Tai Chi chez les femmes atteintes du cancer du sein +

    La qualité de la vie liée à la santé1 (QVLS) et l'estime de soi2 sont souvent diminués chez les femmes Lire la suite
  • Effets du Tai Chi sur l'équilibre: essai contrôlé randomisé chez des hommes souffrant d'ostéopénie ou d'ostéoporose +

    L'objectif de cette étude était d'évaluer les effets d'un programme de 18 semaines d'exercices de Tai Chi Chuan sur l'équilibre Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4