Taïchi Chuan

La qualité de la vie liée à la santé1 (QVLS) et l'estime de soi2 sont souvent diminués chez les femmes diagnostiquées et traitées pour un cancer du sein. Le Tai Chi Chuan est une forme de gymnastique douce qui peut être une thérapie efficace pour améliorer la QVLS et l'estime de soi chez ces femmes.

taichi-cancer-du-seinSelon un essai pilote réalisé en décembre 2004 au Centre du Cancer Wilmot à Rochester, New York, un groupe de 21 femmes diagnostiquées avec un cancer du sein, qui avait terminé leur traitement au cours des 30 derniers mois, ont été affectées au hasard soit dans un groupe de Tai Chi Chuan ou dans un groupe de soutien psychosocial. Les participantes des deux groupes se sont réunies trois fois par semaine pendant 60 minutes et, ce, pendant 12 semaines. La qualité de vie liée à la santé et l'estime de soi ont été évalués au début, après 6 semaines et 12 semaines.

Au terme des 12 semaines, les femmes qui ont suivi le programme d'exercices de Tai Chi ont montré des améliorations significatives dans l'estime de soi et la qualité de la vie liée à la santé (QVLS) en comparaison avec celles du groupe de soutien psychosocial chez qui la QVLS a diminué.

Selon des chercheurs, la pratique de mouvements précis réduit également le stress et l'anxiété. Des millions de personnes dans le monde pratique le Tai Chi chaque matin, et beaucoup pensent qu'il est profitable pour la santé physique et mentale.

Il est particulièrement populaire en Chine où de nombreux pratiquants se rassemblent dans les parcs publics pour commencer leur journée avec ses mouvements lents et méthodiques.

Le Tai Chi est conçu pour favoriser la relaxation et améliorer l'équilibre, la force et la souplesse.

L'ancienne pratique chinoise du tai-chi peut être efficace comme traitement de la fibromyalgie1, selon une étude publiée jeudi dans la revue New England Journal of Medicine.

Un essai clinique du Tufts Medical Center2 a montré qu'après 12 semaines de pratique de tai-chi, les patients souffrant de fibromyalgie, un état de douleur chronique, ont obtenu de bien meilleurs résultats dans les mesures de la douleur, la fatigue, le fonctionnement physique, l'insomnie et la dépression qu'un groupe comparable pratiquant des exercices d'étirement et d'éducation au bien-être. Les patients pratiquant le Tai chi étaient également plus susceptibles de soutenir l'amélioration trois mois plus tard.

"C'est une découverte impressionnante," a déclaré le docteur Daniel Solomon, chef de recherche clinique en rhumatologie à Brigham et à l'Hôpital des Femmes à Boston, qui n'a pas été impliqué dans la recherche. "Cette étude a été bien conduite. Il est peu surprenant que les effets semblent porteurs d'espoir."